top of page
ustady 1st day 2019 2s jpegs bw-1497.jpg

Avoir l'approche de lire, c'est toucher la capacité de percevoir l'empreinte incarnée dans les mots. Cela vous permet de vous ressourcer de ce que vous êtes en train de lire.

Ustady Signature
Ustady Symbol
Rechercher
  • Photo du rédacteurUstady

Bonne année 2023

Aujourd’hui, on est là pour finaliser une année passée et se préparer pour une nouvelle année pleine de nouvelles expériences. Tout cela sera effectué sur la base de comment l’année va être finalisée. Tout le monde fête le réveillon du nouvel an d’une façon ou d’une autre. Chacun a sa façon de célébrer. La plupart des célébrations sont des célébrations erronées ; c’est les fêtes, l’alcool, les repas, les chants, les meetings… L’être humain ne sait pas ce qu’il fête.


Fêter est dû à une célébration. Célébrer quoi ? Célébrer la finalisation d’une année par l’effectuation d’un bilan où vous avez identifié trois choses :

· Toutes les orientations ou toutes les choses qui ont eu une valeur ajoutée sur votre vie et sur votre fonctionnement ;

· Les choses qui ont eu pour rôle de vous tirer vers l’arrière ou de vous handicaper à aller plus loin. Ces choses étant soit des énergies, des réflexions, une façon de faire, des approches, soit des amis, la famille, un partenaire, un associé, soit un religieux, un vagabond, soit une voiture, soit un business …

· Les choses, les manifestations et les personnes qui étaient un lapin d’évolution et d’élévation qui vous a tiré vers l’avant ; qui étaient là pour vous donner conseil, pour gifler votre conscience, qui sont là pour bien vous orienter et aussi vous sauver quand vous êtes dans des trajectoires de désorientation.


Si vous n’identifiez pas cela, vous n’avez même pas le droit de fêter ou de célébrer. Une année passée est une année où Dieu vous a mis dans des situations matérielles ou immatérielles afin d’apprendre quelque chose, soit par l’erreur soit par le succès ou autres. Si vous n’avez pas appris l’enseignement voulu par cette position où Dieu vous a mis, cela veut dire que c’est un temps mort ou quelque chose qui paralyse une partie de votre énergie vitale. Or, c’est cette énergie vitale qui véhicule vos capacités et pouvoirs pour donner sens à votre vie.


Donc célébrer, c’est faire un bilan, c’est voir plus clair, c’est avoir une base par laquelle vous pouvez faire un nouveau départ et un nouveau commencement avec de nouvelles orientations et une nouvelle détermination dues à un nouvel état de conscience. Quand vous touchez cela, vous méritez de célébrer, parce que le vrai succès n’est pas le succès ou l’échec ou la déception, mais le vrai succès est l’enseignement appris de chaque situation passée ou vécue l’année passée. Cela devient un ressourcement ; un ressourcement de beaucoup de choses que l’on peut nommer des clés qui vont avoir un rôle dans votre avenir. Ce rôle est d’ouvrir les portes fermées, ouvrir les réservoirs fermés, ouvrir les couches de conscience fermées et ouvrir l’envie de vouloir réaliser quelque chose qui va déterminer qui vous êtes et qui va être une empreinte qui va aussi devenir quelque chose que l’on peut appeler votre identité.


Quand vous voulez célébrer quelque chose, il faut savoir si cette célébration est seulement un rituel, une coutume ou une habitude. Faire un bilan, c’est vouloir changer et vouloir changer ne se permet que quand vous avez la capacité de vous libérer de tout ce qui est habitude, coutume et rituel. L’habitude vous empêche de changer, c’est la vraie résistance au changement. L’habitude s’instaure par la répétition d’une action, d’une réflexion ou d’un fonctionnement. Donc vous libérer de quelque chose qui est déjà instaurée et que vous avez identifié dans votre bilan comme la source de beaucoup de problèmes n’est pas facile, parce que cette habitude a pris sens dans votre fonctionnement. Elle a pris une place. Elle a pris de l’importance et est devenue quelque chose qui vous possède, que vous le vouliez ou pas. C’est ce qui se transmet quand vous communiquez que “je veux changer mais à chaque fois que j’essaie, je suis incapable de le faire”. Il y a des choses qui se manifestent et qui vous empêchent d’avoir la chance d’expérimenter le changement parce que le pouvoir relatif à tout ce qui est habitude, rituel et coutume est plus intense que votre intention de vouloir changer.


Alors, au lieu de se focaliser sur l’habitude, on va grandir relativement à l’habitude. On va balancer les rapports de force afin que cette habitude ou les formes que prend cette habitude dans votre champ réalisationnel n’aient plus le pouvoir de vous empêcher de changer. Mais seulement quand vous voulez.


Avec cela, vous pourrez célébrer convenablement votre fin d’année ce soir. Être dans la célébration et en même temps projeter cela devant vous, c’est quelque chose de grand. Vous ne serez pas dans la consommation, dans le rire et la rigolade juste comme ça. Vous serez dans cela et en même temps, vous serez associés à quelque chose qui s’appelle la contemplation :

Qui suis-je ?

Qu’est-ce que je fais ?

Est-ce que ce que je fais a un sens ou pas ?

Est-ce que ce que je fais est là pour me permettre d’affronter l’année qui va venir ou non ?


Poser ce type de questions est déjà un bon commencement. Commencer à faire le bilan d’un parcours de 365 jours est quelque chose d’extraordinaire parce que chaque chose commence par de l’exercice. Quand vous faites un exercice la première fois, c’est difficile et le lendemain il y a des courbatures. Alors, soit vous décidez de continuer, soit vous dites j’en ai assez. La deuxième séance d’exercice est plus forte que la première fois, mais c’est plus difficile en même temps. Le troisième jour, l’exercice commence à prendre sens. Il commence à s’instaurer dans votre fonctionnement et à prendre sa place. C’est comme ça que ça se passe. Il n’y a aucune chose qui s’instaure comme ça.


Quand j’ai parlé des bilans, je n’ai pas parlé de se juger, se torturer et commencer à entrer dans les remords et la culpabilité. Malheureusement, quand les gens entendent parler d’un bilan, ils ont tendance à se punir. Vous avez eu un parcours de cheminement qui était très riche en enseignements et en switchs. Il faut vous attendre à de belles choses. L’année 2023 sera pleine de belles choses. Il suffit de ne pas sous-estimer les enseignements acquis et ne pas sous-estimer la source de ces enseignements qui est le Divin. Il faut accueillir cette année avec un sourire, une joie et des ouvertures pour percevoir les belles choses qui vous attendent. Ne soyez pas dans la punition, la culpabilité et les remords. Ne regrettez rien. Il n’y a rien à regretter.


Le regret, c’est pour les non croyants, c’est pour les victimes, c’est pour les faibles, c’est pour les minables. Et vous n’êtes ni minables, ni faibles, ni victimes… Il ne faut pas être dans le nini[1], il faut se réveiller et être éveillés pour toucher ce que Dieu vous fera comme cadeaux. C’est ça fêter une année.


Faites de votre dimanche une journée de danse. Dansez et célébrer avec vous-mêmes, vos partenaires, vos amis et les gens qui vous aiment et que vous aimez.


Nous allons commencer notre année 2023 par travailler sur les ouvertures associées au pouvoir réalisationnel afin que vous commenciez à toucher la générosité du Divin dans sa création et à toucher son amour dans votre création. Cela va vous libérer de tout ce qui est remord, regret et culpabilité et surtout vous libérer de toute forme de rebellisme contre le Divin et contre la création, parce que cela créé seulement de la distance. Cette distance devient un désastre qui vous mène vers un gouffre qui sera votre tombe. Commencez à croire à votre beauté et à ce que vous avez touché comme capital relatif aux enseignements de cette année, aux switchs et surtout au Touch dont vous avez été bénis par le Divin. Vous n’êtes pas les mêmes personnes. Vous n’avez pas la même conception. Il faut seulement y croire.


Bonne fin d’année et aussi bonne danse. Quand vous êtes en train de danser, n’oubliez pas de vous libérer du sérieux. Les gens sérieux n’aboutissent pas à grand chose. Ce sont les gens, pas qui ne sont pas sérieux mais plutôt qui se sont libérés du sérieux qui vont loin sur tous les plans dans leur vie. Quand vous voulez vous marier, quand on vous pose la question : “Pourquoi vous avez choisi cette personne ?” vous dites parce qu’il est sérieux. Un sérieux va vous rentrer dans votre tombe. Le mot vivre, vous n’allez jamais le toucher. C’est pour cela que la plupart cherche une solution parallèle - même en relation partenaires - parce que dans cette solution parallèle, il n’y a pas le formel qui est associé au sérieux. Dans l’informel, le partenaire se permet des choses qu’il ne se permet pas dans le formel parce que soit il est sérieux ou se prétend sérieux soit son partenaire est un sérieux. Donc ne vous mariez pas avec le sérieux et ne soyez pas sérieux. Même sur le plan business, les sérieux n’aboutissent à rien ou à de petites choses seulement. Vous ne savez pas pourquoi ? Parce qu’ils ont tout le temps, un problème d’adaptation et de flexibilité. Cela veut dire que le sérieux fait perdre à l’être humain cette qualité qui s’appelle être curieux. Et quelqu’un qui n’est pas curieux ne peut pas avoir le courage de découvrir autre chose. Donc il tourne tout le temps dans un espace déterminé qui ne se dilate pas et qui devient sa prison. Donc si vous voulez vous associer dans le business ou dans la vie personnelle avec quelqu’un, si vous choisissez le sérieux ça sera votre prison, ça ne va pas se dilater. Parce que le sérieux empêche la dilatation du champ de réalisation d’une personne.


Bonne chance et n’oubliez pas que cette année on va finaliser par un conseil qui est de divorcer du sérieux. Chacun de vous va choisir l’approche à adopter pour avoir le divorce à l’amiable. Pas de tribunal, pas de justice. Essayez d’avoir un divorce à l’amiable.

[1] Nini : expression utilisée avec les bébés pour signifier dormir

28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

EID ADHA MUBARAK

Sacrifier, c'est un mot qui communique qu'on peut compter sur toi. Etre quelqu'un sur qui on peut compter, c'est être humain. Être humain, c'est être divin. Bonne fête et que Dieu éveille la conscienc

JOYEUSE CELEBRATION (AARAFATE)

Aujourd'hui, c'est un grand jour. C'est le jour de la rencontre de Adam et Eve. C'est le jour de la rencontre de l'homme et la femme. C'est le jour du commencement de l'expérience d'interaction entre

JOYEUSE FÊTE DES PAPAS

Être un père, c'est être un président. Être un président, c'est savoir présider. Présider, c'est avoir la capacité de détecter les capacités de tout élément constituant la famille et avoir l'art de le

Comments


bottom of page